le saviez-vous? « Des handicaps et des dieux 1 »

publié le 01 octobre 2016

Des handicaps et des dieux

Les conceptions générées par les sociétés occidentales actuelles puisent leurs origines à deux sources : le judaïsme et l’antiquité gréco-romaine.

Dans les sociétés juives précédant l’ère chrétienne, le handicap est directement lié à l’impureté et au péché. Ainsi, l’ancien testament interdit le culte actif à ceux qui souffrent d’une infirmité. « Tout homme de ta race et parmi tes descendants, qui aura un défaut corporel, ne s’approchera point pour offrir l’aliment de son Dieu.» (lévitique 21)

Dans l’antiquité classique, on considère que les bébés souffrant de malformation portent la marque d’une malédiction divine. Ceux-ci sont « exposés », offerts aux dieux, autrement dit, abandonnés à une mort quasi-certaine dans la nature.

L’avènement du christianisme marque un tournant significatif avec l’arrivée du concept de charité chrétienne, qui dans les faits constituera pendant longtemps le principal mode de prise en charge du handicap (en dehors du cercle familial).

Et pourtant, malgré cette histoire tumultueuse entre religion et handicap, on trouve partout dans le monde de nombreux dieux handicapés. C’est leur histoire que nous nous proposons de parcourir dans cette rubrique.

Commençons notre voyage en pays nordique. Dans la mythologie nordique, le plus important des dieux, Odin (Wotan dans la tradition germanique), est borgne…Il est aussi celui qui possède le trône appelé Hlidskjalf, lui donnant la capacité de voir tout ce qui se passe dans les neufs mondes. Il est le dieu des morts, de la victoire et du savoir, ainsi que le patron de la magie, de la poésie, des prophéties, de la guerre et de la chasse. Selon certains textes, lui est attribué la paternité de Tyr, dieu du ciel, de la guerre et de la justice. Afin de vaincre le loup Fenrir, celui-ci lui sacrifie volontairement sa main et devient ainsi « le dieu manchot ».

…Un autre dieu le mois prochain !